Les contrôles antipollutions sont une réponse légitime aux inquiétudes actuelles de tout à chacun. Reste qu’à l’échelle individuelle, nous avons tous besoin de passer le contrôle technique antipollution sans trop de frais…

Quelques éléments de base pour comprendre la partie pollution des contrôles techniques sur véhicules

Comme on le sait, tous les moteurs endothermiques (moteurs thermiques à combustion interne) transforment l’énergie thermique produite par la combustion du carburant (essence, diesel, GPL, méthane, etc.) et de l’oxygène (contenu dans l’air) en énergie mécanique.

La transformation du combustible en énergie thermique et en énergie mécanique provoque :

  • Pertes d’énergie,
  • Émissions polluantes (elles sont évaluées lors d’un contrôle technique antipollution).

Une analyse sommaire des pertes d’énergie montre que seulement 30 % environ de l’énergie produite par la combustion est collectée sous forme d’énergie mécanique.

Si la combustion se déroulait de manière idéale, les hydrocarbures seraient transformés en énergie mécanique ne produisant que du dioxyde de carbone (CO2) et de l’eau (H2O). Mais en réalité, la combustion produit :

  • 99 % de substances non polluantes : environ 18 % du dioxyde de carbone (CO2) (cependant, même le dioxyde de carbone, qui est classé comme “non polluant”, produit des effets très négatifs sur le système écologique de la Terre : ce qu’on appelle “l’effet de serre”), environ 9,2 % d’eau (H2O), environ 71 % d’azote (N2)..,
  • 1 % de polluants constitués de :
    – Hydrocarbures non brûlés (HC),
    – Les oxydes d’azote (NOx),
    – Le monoxyde de carbone (CO),
    – Le dioxyde de soufre (moteurs diesel).

Les polluants peuvent être réduits de manière significative avec un système à filtre à particule ou par nos additifs dans le carburant (C99 ou P18…).  D’ailleurs, le contrôle technique antipollution vérifie toujours si le FAP fonctionne bien ou s’il doit être changé.

Les systèmes de réduction de la pollution automobile

Différents système s ont été mis au point pour contrôler la pollution d’une voiture. Si vous vous demandez comment passer correctement le contrôle technique antipollution, voici ce que vous devez savoir.

Le convertisseur catalytique

Il existe trois types de pots catalytiques (ou convertisseurs catalytiques) utilisés dans le domaine automobile :
• Les convertisseurs de type oxydant pour la transformation des hydrocarbures (HC) et du monoxyde de carbone (CO). Les catalyseurs oxydants fonctionnent grâce à l’introduction d’air secondaire dans le collecteur d’échappement en amont du catalyseur ;
• Les convertisseurs de type double corps (réducteur et oxydant) constitués de deux catalyseurs qui assurent respectivement la réduction des oxydes d’azote NOx et l’oxydation des hydrocarbures (HC) et du monoxyde de carbone (CO).L’air secondaire nécessaire à l’oxydation des HC et du CO est introduit après le premier corps et avant le second
• Les catalyseurs à trois voies qui agissent sur les trois polluants atmosphériques. Le fonctionnement de ce type de catalyseur est garanti à condition que le mélange envoyé au moteur soit dans un rapport stoechiométrique.
• Le convertisseur catalytique (généralement appelé pot catalytique) a pour fonction de convertir les substances polluantes émises par le moteur (monoxyde de carbone, hydrocarbures imbrûlés, oxydes d’azote, dioxyde de soufre) en substances considérées comme moins polluantes (azote, dioxyde de carbone et eau).

Le filtre anti particule pour passer le contrôle technique antipollution

Depuis la norme Euro 6, tous les véhicules doivent être équipés d’un filtre antiparticule (hormis les voitures de collection qui ont une dérogation spéciale). Maintenant, tout achat de nouvelle voiture assure que cet équipement antipollution soit bien présent. Sans lui, le contrôle technique anti pollution est invalidé.

Rétrofit : installation d’un filtre à particules sur vieilles voitures

Le post-équipement d’un filtre à particule ou rétrofit FAP permet de réduire les émissions polluantes de plus de 50 %. L’installation de ce dispositif est autorisée même sur les véhicules non équipés à l’origine d’un FAP . Les véhicules équipés de dispositifs d’adaptation de type FAP sont autorisés à circuler en France.

Lors du contrôle technique antipollution, les émissions polluantes du véhicule sont analysées et en cas de dépassement des seuils, un remplacement du/des dispositifs antipollution sera réalisé.